Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Docteur Henri-Michel PORTE

L’article 21/1 de la déclaration universelle des droits de l’homme, indique que toute personne a le droit de prendre part librement a la vie culturelle de la communauté, de jouir des arts et de participer au progrès scientifique et aux bienfaits qui en résultent »

La loi du 29 juillet 98, stipule que l’égal accès de tous, tout au long de la vie, à la culture, à la pratique sportive, aux vacances et aux loisirs, constituent un objectif national et permet de garantir l’exercice effectif de la citoyenneté.

Le terme de « culture », recouvre les valeurs, les croyances, les langues, les savoirs et les arts, les traditions, institution et modes de vie par lesquels une personne ou un groupe exprime les significations qu’il donne à son existence et a son développement

L’accès a la culture est un droit fondamental de la personne et permet l’émancipation des individus…

On peut même dire qu’urgence sociale et urgence culturelle sont indissociables

La culture peut être un outil d'insertion sociale et professionnelle en permettant à des personnes en difficulté dans leur recherche d'emploi de se mettre dans une dynamique positive qui leur redonne autonomie, confiance et rompt avec un éventuel isolement.

Dans un parcours d’accès à l’emploi, un certain nombre de personnes sont bloquées très en amont : manque de maîtrise de la langue, d’un savoir-être pour entrer en communication, mal-être…

Autant de freins auxquels peuvent répondre des actions culturelles : atelier d'écriture, session de théâtre, découverte de spectacles, atelier prise de parole... Elles constituent souvent une étape importante dans la vie des personnes qui y participent et qui y (re)découvrent une autonomie parfois perdue.

En proposant des activités de groupe, ces actions culturelles permettent également de rompre l’isolement. L’image qui est renvoyée au participant est positive et les participants mettent en valeur des qualités souvent inexploitées.

Par la mise en situation, l’expression personnelle, la création de rôles, l’exercice théâtral crée toute une palette de situations qui permet la mise à distance de soi, le travail en groupes diversifiés, l’engagement dans la durée, la confrontation au regard du public…

Les personnes en difficultés retrouvent là, la confiance en soi : « je me sens plus fort » une revalorisation de son image et un contexte porteur pour une remise en route vers une démarche personnelle.

En quoi la culture pourrait-elle être un facteur d’insertion pour les jeunes comme pour les adultes que des problèmes d’illettrisme, de non qualification ou de longues périodes de chômage excluent autant de la vie sociale que de la vie économique ?

Le support artistique et culturel est reconnu comme un outil pertinent de mobilisation et de dynamisation des personnes en difficulté d’insertion

Le volet culture du Contrat Urbain de Cohésion Sociale propose le cadre global de mise en œuvre de ces systèmes de coopération pour le développement :

- des territoires prioritaires

- de démarches ou approches thématiques appelant une approche plus solidaire ou plus équitable et construisant des mobilités et des solidarités à l’échelle communale

- des personnes en difficultés sociales et économiques, inscrites dans des parcours d’insertion, mais aussi les publics dits empêchés, car à l’hôpital, incarcérées, ou présentant des handicaps

Toutes les politiques sociales comportent désormais un volet culturel dont l’importance grandit.

« Et c’est là que, modestement, le mariage compliqué de la culture et du social débouche sur l’emploi. »

L’insertion par la culture renvoie également à la notion de la démocratisation culturelle et de démocratie culturelle : il y a derrière les projets d’insertion par la culture des enjeux d’égalité.

« On peut aussi avoir faim de livres et de cinéma », avait pertinemment rappelé une campagne du Secours populaire français Plusieurs associations humanitaires ou caritatives (dont ATD-Quart Monde, qui en fit un de ses chevaux de bataille) ont tenté d’en lister les bénéfices, en termes de socialisation, de valorisation, d’insertion.

La culture est par excellence un lieu de réconciliation de notre société.

C’est une valeur de tolérance parce que la culture suppose l’accueil de l’autre ; une valeur d’égalité parce qu’il ne peut y avoir de culture que partagée ; une valeur de solidarité, car rien n’est plus puissant que le sentiment d’appartenance à une même civilisation.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article