Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Docteur Henri-Michel PORTE

La Provence vient de mettre en ligne la question relative à notre retrait du CDC dit « les petites planches ».

Le dossier proposé sur le journal, et reproduit en ligne, comme les questionnements des acteurs partenaires jusqu’à présent sur ce projet intercommunal, ne saurait être exhaustif, et certains paramètres plus techniques, plus complexes à expliciter par écrit sont manquants.

Je vais essayer d’apporter un éclairage plus précis sur ce sujet :

La ville de Vitrolles comme celle des Pennes, étaient membres du Conseil d’Administration du CDC en la personne de leurs adjoints à la Culture. Les autres membres, à une exception prés, étaient Pennois ; l’association étant de type  loi 1901, est gérée pour la programmation par sa Directrice, Maud Zawadski  - conceptrice et à l’origine, de ce projet : Elle prendra sa retraite en milieu d’année 2009, et celle-ci « symbole » de ce partenariat ne constituera plus le lien originel entre notre deux villes.

Lors du Conseil d’administration d’Octobre dernier, au moment de voter  le budget prévisionnel de l’année 2009, il était demandé à chaque ville de porter leur subvention à 75000 euros, ce que mon collègue et moi-même n’avons pu voter. Les Pennes, ne pouvant dépasser 50000 euros annuels tout comme Vitrolles. J’indiquais alors que nous pensions ne pas reconduire cette convention pour l’année 2009. Il faut rappeler ici que les budgets des municipalités sont votés pour l’exercice de l’année en cours et les subventions supérieures à 23000 euros accompagnant des conventions avec des associations 1901, sont votées en même temps,  pour les années civiles pleines (ainsi en 2008, avec la convention annuelle, la ville de Vitrolles avait voté et octroyé 50000 euros pour le CDC pour l’année 2008).

Il faut savoir que la programmation de qualité faite pour le CDC comprenait l’action en direction du public jeune (et c’était là l’objet principal de la convention nous liant aux Pennes – article 2) mais aussi celles en direction du public adulte (hors objet de la convention). Dans le partenariat en direction du jeune public, les deux villes organisaient la représentation de chaque spectacle  sur chacune d’elles : Pour les Pennes c’était à la Capelane, et pour Vitrolles le théâtre de Fontblanche. Hélas depuis mars 2008 dernier nous avons été dans l’obligation de fermer le Théâtre pour des raisons de sécurité.

Les solutions de repli proposées dans les groupes scolaires des quartiers sud, tout comme à la Maison de quartier du Roucas, ne correspondaient pas aux cahiers des charges des spectacles prévus par la programmation de qualité de Maud : de fait, depuis mars 2008 (alors que nous avons participé au financement à parité avec les Pennes de l’exercice 2008) plus « aucun spectacle enfant » n’a eu lieu sur Vitrolles. Essentiellement deux écoles vitrollaises géographiquement proches de la Capelane (Les Pinchinades et Croze) ont pu continuer à bénéficier à quelques reprises de ce partenariat. Les représentations n’étant cependant pas gratuites pour chaque enfant puisqu’il leur était demandé une participation personnelle de 2 ou 3 euros. Ce qui, il faut en convenir, faisait payer aux petits spectateurs vitrollais et aux Vitrollais (par le biais des impôts) une somme non négligeable, sans rapport avec le service rendu depuis mars 2008. D’où notre décision annoncée en octobre  et confirmée par écrit à mon homologue des Pennes en décembre, de cesser notre partenariat.

Parallèlement à cela, le fait que nous décidions de soutenir l’action solidaire que représente l’épicerie sociale pour les plus démunis nous confortait dans cette décision.

En septembre 2008 nous avions proposé un partenariat communautaire différent aux Pennes, sur la base de notre projet des Cultures Méditerranéennes, projet qui n’avait plus leur préférence à ce moment là.

En disant nous avons besoin de cet argent, c’est de tout cela dont je parlais : solidarité pour l’épicerie sociale et lancement de la Maison des cultures Méditerranéennes qui sera élaboré avec les associations Culturelles de Vitrolles qui voudront amender, compléter et participer au projet.

Quant à la « tenue » des actions que nous allons produire à partir de la DAC, c’était non pas des actions « manquant de qualité » (certains sur le forum employant un langage moins châtié) mais nécessitant moins de technicité comme un spectacle « professionnel » ainsi acheté avec un cahier des charges important pour le matériel de sonorisation et de lumières.

Il s’agit de mettre en place une action sur le long terme, le temps d’une année scolaire, plutôt que ponctuelle et onéreuse, parce qu’achetée à des professionnels : nous souhaitons, en effet, travailler avec les acteurs – créateurs* - associatifs, semi-professionnels et professionnels vitrollais en matière d’action théâtrale   - il y  en a de qualité sur notre commune  - et produire des spectacles avec les éducateurs et les  enfants des écoles qui voudront bien participer à ce nouveau concept. 

Les enfants donnant en fin de saison devant leurs parents, des représentations « gratuites » soutenues financièrement par nos services culturels, pour lesquelles ils auront ainsi appris et répété des « pièces » du répertoire pour enfants  dans les salles polyvalentes des groupes scolaires.

 

Docteur Henri-Michel PORTE – Adjoint au Maire – Délégué à la Culture.

 

* c’est d’ailleurs le thème d’une des trois commissions culturelles mises en place :

« Soutien d’urgence à la Création »

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article